Blog

Algorithmique : Tableaux Pluridimensionnelle

1. Pourquoi plusieurs dimensions ?

Une seule ne suffisait-elle pas déjà amplement à notre bonheur, me demanderez-vous ? Certes, répondrai-je, mais vous allez voir qu’avec deux (et davantage encore) c’est carrément le nirvana.Prenons le cas de la modélisation d’un jeu de dames, et du déplacement des pions sur le damier. Je rappelle qu’un pion qui est sur une case blanche peut se déplacer (pour simplifier) sur les quatre cases blanches adjacentes.Avec les outils que nous avons abordés jusque là, le plus simple serait évidemment de modéliser le damier sous la forme d’un tableau. Chaque case est un emplacement du tableau, qui contient par exemple 0 si elle est vide, et 1 s’il y a un pion. On attribue comme indices aux cases les numéros 1 à 8 pour la première ligne, 9 à 16 pour la deuxième ligne, et ainsi de suite jusqu’à 64.Arrivés à ce stade, les fines mouches du genre de Cyprien L. m’écriront pour faire remarquer qu’un damier, cela possède 100 cases et non 64, et qu’entre les damiers et les échiquiers, je me suis joyeusement emmêlé les pédales. A ces fines mouches, je ferai une double réponse de prof :

  1. C’était pour voir si vous suiviez.
     
  2. Si le prof décide contre toute évidence que les damiers font 64 cases, c’est le prof qui a raison et l’évidence qui a tort. Rompez.

Reprenons. Un pion placé dans la case numéro i, autrement dit la valeur 1 de Cases(i), peut bouger vers les cases contiguës en diagonale. Cela va nous obliger à de petites acrobaties intellectuelles : la case située juste au-dessus de la case numéro i ayant comme indice i-8, les cases valables sont celles d’indice i-7 et i-9. De même, la case située juste en dessous ayant comme indice i+8, les cases valables sont celles d’indice i+7 et i+9.Bien sûr, on peut fabriquer tout un programme comme cela, mais le moins qu’on puisse dire est que cela ne facilite pas la clarté de l’algorithme.